Skip to main content

Pourquoi et comment la mesure citoyenne environnementale ?

A la suite des initiatives de mesures citoyennes de radioactivité rendues possibles grâce aux micro-capteurs DIY du hakerspace de Tokyo et de l'initiative Safecast dans le contexte dramatique de l'incident nucléaire de 2011 à Fukushima, un mouvement dit de "captologie citoyenne" (Laurence Allard, 2015).

Depuis lors, un mouvement de mesures citoyennes environnementales s'est déployé notamment en France avec le développement de la technologie micro-capteurs, des espaces de fabrication collectif qui ont essaimé sur les territoires et l'émergence de collectifs de "citoyens capteurs" , soutenus ou non, par les acteurs publics (municipalités, associations de surveillance de la qualité de l'air). 

Parmi ces collectifs, citons "Ambassad'air", "Sensor Community", "Respire" ou encore les initiatives du budget participatif parisien "Respirons mieux dans le 20ème

D'un point de vue théorique, il s'agit de réouvrir "l'espace de calcul de la pollution"  en introduisant l’unité de la "mesure située" (cf « mesure de proximité » , « exposition individuelle à la pollution »). Cette théorisation de la "mesure située" s'inscrit à la fois la perspective du "savoir situé" de Donna Haraway (2007) qui permet notamment de genrer la production des savoirs et la notion "d'espace de calcul "de Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz (2017) affirmant que la "métrologie toujours sociale" (unité de mesure/dispositifs/acteurs/institutions/normes/seuils). Parler en termes de "mesure située", c’est proposer une mesure de qualité complémentaire et commensurable aux modèles de pollution des organismes chargés de la surveillance de la qualité de  l’air. Cette "mesure située" s’identifie au lieu où l’on vit et où l’on respire, une mesure qui peut être ainsi annotée, commentée, c'est une mesure "subjectivée"

Un groupe de travail "Micro-capteurs" a été créé à l'ANSES afin d'étudier l'heuristique des mesures citoyennes à l'aide de micro-capteurs pour le suivi épidémiologique des pathologies environnementales.